La SGB
Président d'honneur
Conseil d'administration
Rapports annuels
Contact
Adhésion
Dossiers
Bassin Louise
Accès public
Aménagement du littoral
Villes et Ports
Album photos
Liens
Pratiques balnéaires

 


 

 

 

 

RAPPORT ANNUEL 2001

" UN PROJET POUR LE NOUVEAU SIÈCLE "

La Société des Gens de Baignade est maintenant âgée de cinq ans révolus. Pas encore l'âge de raison, mais çà s'en vient ! En fait foi la fameuse Déclaration du 24 août 1996, mieux connue sous le nom de Déclaration de chez Belley. Nous partageons - avec la célèbre compagnie d'assurances Lloyd's de Londres - le privilège d'êtres nés dans une taverne, plus précisément à la terrasse, devant la taverne. Les fondateurs de la compagnie Lloyds se trouvaient, quant à eux, à l'intérieur de l'établissement, climat anglais oblige.

En ce 21 janvier 2002, il me fait plaisir de vous rendre compte des activités de la Société pour l'année qui vient de s'écouler.

Nos objectifs

Brièvement, la Société a pour objectif de favoriser l'accès, l'usage et la jouissance des fleuves, lacs, rivières, bassins ainsi que leurs rivages par l'ensemble de la population. Elle travaille à la mise en place d'aménagements riverains visant à satisfaire les besoins du plus grand nombre, sans aucune distinction de niveau social, de fortune, de propriété ou tout autre particularité.

La Société affirme que la démocratisation de l'usage récréatif de l'eau contribue au développement économique, à la création d'emplois, au progrès social ainsi qu'à la santé publique.

La Société étend son action à l'ensemble du Québec et ailleurs au Canada. Elle développe des relations internationales dans le but d'enrichir la vision de ses membres, de leur permettre de découvrir ce qui se fait ailleurs et d'attirer l'attention internationale sur les réussites québécoises.

Qu'avons-nous accompli en 2001 ?

Quelques actions et réalisations :

  • Participation au Rassemblement Jeunesse 2001 du 27 - 28 janvier organisé par PLAN NAGUA au Campus Saint-Augustin. La Société était invitée pour entretenir les jeunes de l'importance de l'accès démocratique à l'eau. Ont participé: Gérald Boucher et Léonce Naud.
  • Participation au forum "Gestion du Saint-Laurent: Les défis du partenariat" organisé par le Comité consultatif Saint-Laurent Vision 2000 - Montréal, 20 février 2001.
  • Tenue de l'Assemblée annuelle en février. Mentionnée parce qu'elle a donné lieu à des reportages conséquents dans Le Soleil, Le Journal de Québec, Radio-Canada, etc.
  • Mai : publication de l'article : " Un fleuve inaccessible " dans une édition spéciale : " Mers et littoraux " de la revue québécoise spécialisée en tourisme : TÉOROS. Auteurs : Stéphane Bouchard et Léonce Naud.
  • Publication d'un article illustré : " Un loisir populaire : la baignade " dans une série intitulé : " Atlas historique du Québec ", sous la direction de Serge Courville de l'Université Laval. (p. 326). Auteur : Stéphane Bouchard.
  • Le 5 juin, les efforts de la Société portent fruit et son Président d'Honneur, le légendaire nageur québécois Jacques Amyot, reçoit l'Ordre national du Québec des mains du Premier ministre du Québec. L'État québécois consacre ainsi officiellement la carrière sportive ainsi que la renommée de celui dont on dit qu'il est le " Maurice Richard de la natation au Québec " (voir texte en annexe).
  • Le 5 juin, la Société fait une présentation au Conseil de quartier de Limoilou.
  • Le 13 juin, le président de la Société est élu président de la Zone d'intervention prioritaire de la région de Québec et Chaudière-Appalaches (ZIP). Cet organisme a pour mandat de promouvoir la concertation des intervenants dans leur territoire respectif en vue de la réhabilitation, de la conservation ainsi que de la mise en valeur du Saint-Laurent.
  • Au mois d'août, la Société aide à diffuser l'invitation à la fête familiale " Vivre la plage à la baie de Beauport ", organisée par l'Association pour la sauvegarde de la Baie de Beauport. L'événement, couronné de succès, a lieu le 26 août. Au mois d'août également, le président de la Société est invité à l'émission " Québec en direct ", pour faire le point sur le Saint-Laurent et les activités de baignade populaire (une heure, diffusion dans tout le Québec).
  • Dimanche 9 septembre : la Société collabore avec le Club de natation de Québec pour l'organisation de la Traversée du Saint-Laurent à la nage entre Lévis et Québec. L'événement connaît un grand succès.
  • En octobre, des responsables de la Société ont rencontré un délégué espagnol de l'UNESCO, dans le cadre d'une consultation de cet organisme international quant à la construction d'une gare maritime à la Pointe-à-Carcy.
  • Durant toute l'année, la Société a continué à garder à jour la Revue de presse et les travaux sur la future " Bible de l'accès à l'eau " dans la région de Québec se sont poursuivis, mais à rythme ralenti.

Rôle conseil

Beaucoup de temps et d'énergie ont été consacrés, durant l'ensemble de l'année 2001, à tenter (sans succès) de faire comprendre à la Ville de Québec de cesser de planifier des bâtiments lourds en plein sur les rives du bassin Louise, condamnant ainsi en pratique tout espoir pour les générations futures de pouvoir accéder au plan d'eau.

C'est ainsi que présentement, la Ville est toujours en attente de promoteurs qui construiront un hôtel en tête du bassin ainsi qu'un édifice à bureaux sur le bord du quai, entre le Centre d'interprétation de Parcs-Canada et les condominiums de l'ancien édifice Gauvreau-Beaudry. Les responsables de la Ville semblent vouloir compléter leur grand dessin pour le bassin Louise, soit en faire un espace aquatique fermé au public, réservé à un club privé qui occupe l'endroit pour y stationner quelques centaines de bateaux de plaisance. Pour fermer physiquement et psychologiquement le bassin à la population, on veut l'entourer de bâtiments qui agiront dans l'avenir comme autant de verrous qui interdiront tous usages populaires, lesquels nécessitent des rives dégagées pour pouvoir accueillir à la fois un grand nombre d'usagers.

Un tel comportement urbain, dans bien des pays, serait considéré comme extrêmement préjudiciable envers l'intérêt de la majorité de la population.

De même, la Société a consacré beaucoup d'énergie à tenter de sauvegarder quelques modestes espaces encore ouverts au public en face du Vieux-Québec, du côté du fleuve, tel que l'avait pourtant recommandé en 1989 le célèbre " Rapport Boulet ". Sur ce point, la Société collabore avec la Coalition pour l'aménagement de la façade fluviale de Québec ainsi que le Comité des citoyens du Vieux-Québec, rendant disponible à tous les intéressés la masse de documentation et le résultats des nombreuses recherches qu'elle a réalisées depuis de nombreuses années.

Par ailleurs, la Société conseille les gouvernements du Québec et du Canada au niveau du programme Saint-Laurent Vision 2000, Phase III, ainsi qu'à ce qui a trait à la future Politique sur la gestion de l'eau au Québec. Les études et recherches de la Société - menées en particulier par Stéphane Bouchard - ont fait apparaître une carence légale fondamentale au Québec en ce qui a trait aux aspects législatifs de l'accès et de l'usage des plans d'eau, comme en témoigne l'article publié dans TÉOROS.

Si la Société réussit à alerter le législateur à temps pour que cette carence soit comblée dans la future Loi québécoise sur la gestion de l'eau, les retombées bénéfiques de ses efforts se feront sentir durant des dizaines ou, possiblement, des centaines d'années, tellement les mouvements de fond, en ce domaine, prennent du temps à se manifester. Par exemple, ce sont des lois romaines d'intérêt public, qui, reprises au 17e siècle par le législateur français, expliquent le remarquable développement des villes côtières de France, lequel repose fréquemment sur la mise en valeur d'un littoral demeuré propriété publique et accessible à tous.

Bref, la Société commence l'année 2002 forte de son expertise et de sa réputation, mais pauvre en moyens financiers et avec de grands progrès à faire du côté du service à ses membres ! Le livre : " Québec ville balnéaire 1608 - 2008 " devrait être terminé et mis en vente au cours de l'été qui vient. Entre temps, le fascicule en quadrichromie est fort utile pour informer personnes et organismes du projet bassin Louise.

Des efforts devront être consentis auprès de l'équipe qui travaille à la préparation des célébrations devant marquer le 400e anniversaire de Québec en 2008. Quoi de plus approprié qu'à cette occasion, tous les Québécois se voient enfin ouvrir un grand lac urbain, au cœur de leur Capitale, à distance de marche de centaines de milliers de résidants et de millions de touristes, bref, une mise en valeur de ce plan d'eau qui serve des ambitions à la fois sociales, culturelles et économiques dignes de la Capitale de tous les Québécois.

Léonce NAUD, président

Québec, le 21 janvier 2002